CORP COM

CORP COM

19 juin 2015

La com du PM sauvée par un poisson rouge

par Guillaume Foucault

La communication de crise, c’est un peu comme le surf. Le boulot consiste souvent à faire émerger une info ou à la planquer. Ainsi, il faut soit attendre la vague et la surfer, soit rester bien calme assis sur la planche et flotter au grès des ondes en évitant les déferlantes.

Si on examine les médias, on constate qu’ils fonctionnent en suivant des cycles. Ces derniers sont rythmés par le temps. 24 heures pour les quotidiens, 30 minutes pour une chaîne info, 7 minutes pour une radio d’info. Ils se calent sur le rythme humain puisque ce sont des femmes et des hommes qui les réalisent pour d’autres humains. Ainsi, ils passent et repassent sur l’info.

En matière de communication de crise, on note qu’un sujet chasse l’autre. Souvent, si l’on est pris par une des déferlantes évoquées plus haut, il convient de faire le dos rond et d’attendre que le temps se calme ou bien que les médias passent à autre chose. Ainsi, à l’instar du poisson qui tourne dans son bocal, l’univers médiatique, emballé sur un sujet un temps, passe à autre chose. Une actualité récente valant plus qu’une actualité plus vieille, ne serait-ce que de 7 minutes, un demi-heure ou une journée. C’est ce que nous pourrions appeler le syndrome du poisson rouge.

Pour faire un lien avec mon dernier article sur ce réseau, le lecteur attentif aura noté que l’affaire de l’avion du premier ministre a été chassé de l’actualité par un 49.3 et une annonce sur le paiement de l’impôt à la source. Ceux-là le seront par le Grexit. Et ainsi de suite.